Arboriculture familiale tchèque

En vacances, il est toujours intéressant et amusant d’aller observer les pratiques arboricoles de nos confrères. Cette année, mon regard s’est porté sur l’arboriculture familiale tchèque. La république tchèque étant distante de seulement 500 km, j’avoue qu’aux premiers abords, je ne m’attendais pas vraiment à beaucoup de différences avec ce que l’on voit en Alsace ou en proche Allemagne. La latitude ainsi que le climat sont très proches, avec simplement un peu plus de froid en hiver.

DSC03050-Large-1024x681
Un verger d’apparence assez classique…

Lors de la première promenade, je me suis même posé la question de savoir si un article avait vraiment beaucoup de sens. Effectivement, on retrouve des essences fruitières proches de celles qu’on connaît, à savoir : des pommiers, des poiriers, des cerisiers etc…

Néanmoins,  quelques particularités aiguisent rapidement ma curiosité. Les vergers sont situés à flanc de montagne et c’est un peu comme si on avait repoussé la forêt (principalement des conifères) pour y mettre des arbres fruitiers. Un autre détail frappe également.  Les vergers sont tous plantés en haute-tige, et sont globalement bien entretenus. Il ne s’agit pas ici d’arbres taillés pour figurer en première page d’un magazine sur l’arboriculture, néanmoins pas de branches mortes, d’arbres cassés ou envahis par le gui ou d’autres champignons parasites. Les anciens arbres sont remplacés par de jeunes sujets. Ajoutons à cela, un sol propre et bien piétiné sous les cerisiers (au mois de juillet) , signe que la récolte a eu lieu.

Le doute n’est plus permis, les vergers sont ici bien vivants et ne semblent pas appartenir à une époque révolue !! Il est d’ailleurs amusant de constater que les arbres fruitiers sauvages qui poussent dans les friches semblent également être tous récoltés.

DSC03047-Large-1024x681
On repousse la forêt …
DSC03048-Large-1024x681
… pour y planter des arbres fruitiers

DSC03056-Large-1024x681 DSC03049-Large-1024x681

DSC03057-Large-681x1024
Ici, un jeune poirier protégé des cervidés…

Les arbres fruitiers, toujours des hautes tiges, sont présents partout et en nombre. On les retrouve, certes, dans de grands vergers autour des villages, mais également dans les petits jardins attenants aux maisons. Ils sont encore bien présents aux abords des routes où ils doivent faire le bonheur des passants. La norme en terme de sécurité routière n’est certainement pas la même qu’en France où ils se font de plus en plus rare. Mais trêve de jugement, il est bien connu que les arbres sont la cause de beaucoup de maux et qu’il vaut mieux les couper pour éviter leurs fâcheuses conséquences. Selon les dires d’un Président, dans l’actualité récente, il paraîtrait même que couper les arbres préviendrait les risques d’incendies… CQFD.

DSC03105-Large-1024x681
Une bien belle route…

DSC03058-Large-1024x681

Je n’étais pas au bout de mes surprises lorsqu’au beau milieu d’un verger, je me suis retrouvé face à un rucher en roulotte hébergeant des abeilles noires. Tout l’équipement et le confort d’un rucher aménagé pour être facilement déplacé au gré des miellés et des transhumances. Un peu plus loin, j’en ai d’ailleurs observé un autre beaucoup plus coloré. Pour l’anecdote, les différences de couleurs vives permettent aux abeilles de repérer plus facilement leur ruche quand ces dernières sont toutes accolées. Ainsi, elles évitent d’entrer chez le voisin, par erreur.

DSC03054-Large-1024x681
Pour une transhumance réussie, il suffit d’un simple ajout de roues
IMG_2123-Large-1024x768
Un rucher roulotte plus moderne et coloré. D’ailleurs quel est l’intérêt des entrées/sorties secondaires apriori au niveau des hausses ??

Lors de cette même promenade,  j’ai également eu l’occasion de discuter avec une personne en train de ramasser un fruit que je ne connaissais pas. Enfin quand je dis discuter, je m’avance beaucoup, la langue Tchèque figurant encore sur ma liste de choses à apprendre. Je me suis contenté d’un mélange d’Allemand et de langage des signes. Les fruits en question poussent sur un arbuste (greffé) et ressemblent aux grappes des baies de sureau. Elles ont approximativement la taille et la couleur de la baie de cassis. Ensuite pour l’avoir goûté, son goût est relativement âpre, astringent, légèrement terreux et très peu sucré. Elle rappelle un peu le cassis en beaucoup moins sucré. Etant toujours là pour en parler, je pense également qu’elle ne présente pas de toxicité avérée.

Les tchèques les mettent apriori sur une grande plaque au four et les font cuire en les saupoudrant de sucre. Au dire de la personne, cette baie serait très riche en vitamines et évidemment excellente pour la santé.

Si jamais, l’un d’entre vous sait de quoi il s’agit, je serais curieux d’en savoir plus ??

DSC03061-Large-e1535031211641

DSC03065-Large-1024x681 DSC03062-Large-1024x681

Dans un autre registre, je n’ai pas pu m’empêcher de prendre une photo d’une grande surface locale où entre les paniers à champignons, dessiccateurs et autres stérilisateurs, on trouve de tout pour transformer les fruits, même le matériel de distillation en tête de gondole. Plutôt original et inhabituel.

IMG_4486-Large-e1535026759698-768x1024 IMG_4485-Large-e1535026774196-768x1024

Pour finir, je pense que la différence la plus importante n’est pas nécessairement à chercher au niveau des arbres ou des techniques arboricoles, mais plutôt du côté culturel et humain. Il est très agréable et inspirant de voir qu’une partie de la vie des tchèques semble s’articuler autour des vergers et vraisemblablement, de manière plus générale, de la nature.  Certes, on peut argumenter que les considérations économiques ou un moindre niveau de vie créent une forme de nécessité. J’ai tendance à préférer la notion de bon sens, car une économie, aussi prospère soit elle, ne devrait jamais justifier le gaspillage alimentaire et encore moins l’oubli des connaissances liées à la nature.

Depuis mon retour, j’en arrive à me demander, si ce fameux « niveau de vie » soi-disant reflet de la qualité de nos existences, se doit d’avoir un quelconque lien avec les considérations économiques ??

S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

5 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments
Houard. Guy
Houard. Guy
2 années il y a

Ton commentaire est très intéressant et édifiant sur ta découverte des vergers tchèques. J’ai apprécié ce carnet de voyage qui effectivement interpelle sur notre conception sociétale et environnementale.
Félicitations

BERNHARD
BERNHARD
2 années il y a

Bonjour,
je pense que ce sont des baies d’aronia que vous avez gouté. aronia melanocarpa de son petit nom latin.
L’étal de la grande surface fait rêver, loin d’un étal de foire fouille, enfin un magasin qui vend des choses pour faire des choses, pas juste pour consommer!

chevallier
chevallier
1 année il y a

j ai planté 10 aronia tchèques dans mon jardin en bourgogne où le climat froid lui convient bien comme alsace Lorraine

Aronia à 8€ le pied en Tchéquie